shadow_left
Logo
Shadow_R
   
Historique des Via Ferrata dans le Monde Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 Avec la Collaboration de Philippe L. et Gérard Papandréou


La première génération de Via Ferrata débute en Autriche en 1843 avec la pose des premiers équipements sur la voie normale du Hocher Daschein. En 1869, c'est au tour du Stüdli, sur l'arête reliant les deux sommets faciles du Grossglockner, le plus haut sommet de l'Autriche.

Les premières "vie ferrate" en Italie sont apparues dans le massif des Dolomites vers 1914 et ont une origine stratégique. Les militaires italiens avaient, en effet, équipé d'immenses parois de câbles et d'échelles pour faciliter le déplacement de leurs troupes alpines ainsi que du matériel (parfois même des canons !) Devenues militairement inutiles, ces voies italiennes sont maintenant exploitées et entretenues par les communes (et surtout par des bénévoles) à des fins touristiques. Les clubs alpins locaux en ont aussi développées d'autres mais, à ce sujet,  je laisse la parole à notre ami Pierre C. dans un morceau choisi de son bel article de …89 intitulé "Excursions dans les Dolomites" :  

" … Le deuxième intérêt des Dolomites est l'installation par les clubs alpins d'un matériel qui permet de parcourir en toute sécurité des parois qui ne paraissaient accessibles qu'aux purs alpinistes.

            Ces sentiers peuvent être des sentiers de randonnées, simplement panoramiques, accessibles de 7 à 77 ans, sans le moindre matériel, pour les amoureux de la marche et de la montagne. Sur certains sentiers, l'existence de petits ou de grands ravins  a fait installer une main courante sécurisante. Parfois une petite échelle, ou un simple échelon, permettra de surmonter un bloc ou une pente un peu raide. Lorsque ces équipements existent avec une certaine densité, il est coutume de parler de voie "équipées" ou "via attrezzata", que nous prononçons plus facilement "via ferrata".

A côté de ces randonnées existe un type de circuit essentiellement caractérisé par des équipements métalliques qui en constitue l'attrait essentiel, sportif, permettant de surmonter des parois infranchissables en apparence ou donnant une assurance confortable pour se risquer sur des vires vertigineuses. Ces voies sont plus ou moins difficiles mais jamais réellement à la limite du possible pour un sportif entraîné et confiant. Un vrai varappeur passerait d'ailleurs rapidement dans ces voies en dédaignant tout cet attirail artificiel….."

 En France, ces parcours sportifs et ludiques seraient apparus dans le sud (Hautes-Alpes) vers 1989. Depuis, le phénomène a pris beaucoup d'ampleur et on peut maintenant dire qu'il s'agit non plus seulement d'itinéraire de montagne mais bien d'itinéraire rocheux souvent (hum !) sécurisé par un câble avec, dans les passages raides, des marches métalliques permettant normalement une progression aisée. Mais les parcours, les moyens techniques employés, et surtout le but dans lequel les VF actuelles sont créées font qu'elles n'ont plus beaucoup de points communs avec les premières VF des Dolomites.

Par exemple, les câbles des VF actuelles ne servent, en théorie, qu'à vous assurer puisque les prises naturelles de la roche sont là. Ils ne devraient donc servir que rarement à la progression sauf quand l'escalade naturelle devient trop difficile voire impossible or, en pratique, on constate qu'il en va tout autrement.

D'énormes différences existent entre les dernières VF et les anciennes (pourtant 3 ou 4 ans seulement). Par exemple, certains parcours ont une débauche invraisemblable de câbles, d' échelons métalliques, de tubulures et de ferraille diverses tel celui de Pontamafrey. D'autres possèdent plusieurs parties différentes, une facile et une plus délicate (falaise de la Balme), d'autres encore sont bêtement une succession d'échelles de bas en haut (Vénosc). Certaines, par contre, atteignent presque la perfection comme celle de La Chal. Ces différences sont dues soit à la volonté des communes, soit aux différents équipeurs ou aux matériaux utilisés. Bien évidemment, je ne parle ici que du point de vue technique sans tenir compte de la situation parfois exceptionnelle de certains sites.

      Image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image